Interview with musician Jeremy Frerot

all images by Nicolas Wagner. photographed at the Kipling Hotel, Paris . styling by Marie Revelut. grooming by Odile Jimenez wool suit OLIVIER SPENCER, shirt AMI PARIS, boots COLISEE PARIS
Une playlist de 3 ou 4 morceaux pour débuter la journée
Patrick Watson « lighthouse »
Orelsan « paradis »
Gilberto Gil « toda menina baiana » 
 
Quel est le tatouage que tu as fait en premier? 
un bracelet au bras écrit « Keep Smiling »
 
Es ce que tu lis les messages privés sur Instagram?
Quelques fois oui!
J’aime bien savoir ce qu’il se passe 
 
Dans le processus d écriture, quand es ce que tu sais qu ‘une chanson est finie?
 je sais qu’une chanson est finie quand je prend du plaisir à la chanter jusqu’au bout.
Quand il n’y a plus de mots qui font barrière.
C’est du pure ressenti 
Il ne s’agit pas d’intellectualiser mais de s’écouter.
 
Es ce que tu as un rituel avant de monter sur scene ? Es tu superstitieux?
 oui
Je bois quelques gorgées de Diplomatico avec les musiciens, on se rassemble
On se parle
Et une musique bien choisie avant de commencer le concert est lancée dans la salle
Ce qui annonce le début des câlins entre nous avant de monter.
 
Matriochka (reference maternelle) …la paternité aussi , cette notion familiale semble être tres importante pour toi …
 Effectivement
C’est pas une question
 
Tout recommence ou tout commence?
 les deux peuvent se dire.
Je recommence dans ce milieu, je suis équipé pour bien nager, mais je commence un nouveau projet, le nouveau versant d’une montagne.

 

Dont le remier album Matriochka vient de sortir (label 6&7). Il vient de commencer une tournée dans toute la France